Amazone

Publié le par sagesse

La plaine de béton
s'étend vaste, infinie.
Des parkings, des buildings, du gris
décliné sur tout les tons.

Sous nos pas la terre se tait.
Etouffée.
Pas de chants d'oiseaux.
Le ciel est blanc, l'atmosphère laiteuse,
pas de photosynthèse,
c'est l'absorption sans retour.

Nos chaussures claquent bien, résonnent sur la plate-forme.

Il y a un marchand de bonbons
qui ne dit rien
Sinon ça hurle.

Devant lui, coule un chenal, humble
guidant une file indienne de trains-bateaux destinés à la livraison.

Sans personnalité
le petit chenal.
Il se tait.
Dépressif,
Ridicule.

Le marchand ambulant s'est posté sur sa rive
Et sa boutique
quelque peu délabrée
s'appelle: "Aux douceurs de l'Amazone".

Commenter cet article

Gari 22/12/2008 02:21

superbe texte  ,  j'aimerais savoir écrire  en trouvant les mots comme toi , un bel art , le premier  avant le déssin certainement , et grace  au verbe ....voila j'ai  rattrapé un peut de temps et de lecture en retard , je devais etre un oiseaux de nuit dans une vie antérieur , ou un loup  qui attend la lune pour se montrer , peindre , lire , ect , tout ce qui me plait vraiment  découle de la nuit ... va savoir pourquoi , encore merci pour ta participation , et le lien vers la communauté contre la faim ; n'hésites pas si  tu veut y participer plus activement  ou si tu as des  propositions pour  faire avancer cette cause  , à bientot Sagesse gari