Grande vasque noire

Publié le par sagesse

"ou comment le mystère ne peut être révélé qu'en dessous du monde"

Qu'il était doux ce temps
Où tu m'emmenais
vers les chemins noirs de la lucidité

A présent le silence
Etend sa voûte sombre

(A côté de ma tête mes envies comme des décombres)

Et je mens des créations
Tout est faux

(Mes idéaux sont basculés comme des pions)

Qu'il était doux ce temps
Où la vie avait
Cette façon pratique de dessiner des routes

Aujoud'hui je m'embourbe
Dans les sables mouvants

(Je gigote à peine et contemple la tourbe)

Commenter cet article

Oliv kronsilds 23/01/2009 01:59

Surtout dans la tourbe, ne pas trop bouger !Quel rythme magnifique