Petites impuretés dans le silence

Publié le par sagesse

"Je n'ai aucun sujet de me plaindre."

Tout se fendille et craquèle et forme des chemins comme des minuscules rivières asséchées qui me disent :" Pars! Pars!"
Je prends tous ces chemins d'un coup, en pensée. Je ne peux choisir et de haut, je vois bien que, comme le labyrinthe, tous les chemins sont faux.
Ils mènent à l'Eldorado, ce pays qu'il faut chercher, et jamais trouver, jamais.

Si jamais un jour, j'arrivais à transformer le plomb en or, alors que faire, à part vomir sur l'or?

J'empile dans ma chambre en rentrant de l'école, des brindilles que j'ai trouvées sur le chemin, en tas. J'y mets mes vêtements, ma jupe rouge que je préfère et mes collants chouettes. Je défais mes tresses longues et je fais tourner mes cheveux comme une robe, puis je les coupe. Et j'allume un grand feu qui bientôt, se nourrit des étagères gorgées de peluches. Olala, que va dire ma mère?

Pour le bonheur c'est tout droit.
Suivez la route.
Roulez vite,
ou pas.


Mais vous êtes là! Moi qui vous croyais morts! Vous êtes de petites baudruches gonflées de vent! Je vous regarde vous échapper dans le ciel clair, petites baudruches joliement vides! Moi qui vous croyais morts! Vous êtes là, à vous échapper dans le ciel clair!

Commenter cet article

Gari 22/12/2008 02:11

l'enfant qui créait des nuages  ... joli !