La maison de Nakahara

Publié le par sagesse

bild0368.jpg Nakahara regarde
                                     amer
                       partir les fils du chemin
               ses frères

                                    Assis au bout du pont
                             de fer
                  il se lance dans un chant
                                                     de guerre

     Il rêvera toujours
     misère
                           voudra résoudre un
                                                           mystère

Enfermé dans une âme
                                                                                                                        de chair
Il s'imagine


solitaire

Et pour cela, il reste seul, sur le vieux pont, rouillé sans nom, derrière la gare, se nourissant des voix, des mélodies de départ, des étoiles électriques, il protège son visage, de sa main grande ouverte, des câbles fouettant, l'espace sur sa tête.

Shiva shiva. Il ne peut que se rappeler des couleurs des sons.
Shankara, il s'abreuve à la source de brume.
Il tourne le moulin, le jette dans l'océan de souffle.

Et pour cela, il faut laisser Nakahara, manger sa peur, au soleil bas, ses champs

                                                                                                                           de fer

ses faibles

           lumières.

Commenter cet article

Oliv Kronsilds 17/03/2008 18:49

J'ai tendance à ne pas aimer les rimes en -airmais j'aime la fin, ma chère ! :)

Le primate... 10/03/2008 00:32

se lit comme coule une rivière

Aga 08/03/2008 15:55

 Splendide... les mots, les maux s'effacent pour te laisser passer...